Tongasoa

Tongasoa, bienvenue sur l’interface dédiée aux seza Zafimaniry, le favori des arts du sikotra malagasy.

Venu tout droit du Sud-Est d’Ambositra, les Zafimaniry ont marqué la culture malgache en façonnant leur art si particulier. Selon l’office national du tourisme de Madagascar, ce peuple utilise 20 espèces d’arbres endémiques adaptées, chacune, à une manipulation spécifique pour un rendu plus artistique. Ce qui rend chaque oeuvre unique en son genre. C’est ainsi que l’Art Zafimaniry s’est offert une place au Patrimoine Mondial Immatériel de l’UNESCO en 2008. C’est un art du travail de bois 100% gasy qui fait la fierté de Madagasikara!

Mais comment est donc né cet art ?

L’histoire raconte que, pour fuir la déforestation, le peuple Zafimaniry s’est retranché dans les terres boisées du Sud-Est de Madagascar (plus exactement entre les terres Betsileo et Tanala) au XVIIIe siècle. Selon certains anciens Tanala d’Ifanadiana, les Zafimaniry travaillaient le bois pour exprimer un message, leur sentiment, leur attachement.

Etant issu du Centre- Sud-Est de Madagascar, le travail du bois (qui, semble-t-il, issu de l’architecture austronésienne) subit au fil du temps, des influences d’autres cultures notamment la culture arabe. Les motifs existants depuis, sont donc le reflet de ce qui est de la culture malgache. « De l’original s’ajoute de l’austronésien, une bonne cuillerée de culture Arabe et une pincée de chaque peuple (Européen ou non) ayant utilisé Madagascar comme port d’escale. »

Mais chaque motif a sa signification et chacun est inspiré de la nature. Prenons par exemple la photo du dessus, elle exprime la prospérité, l’entente, le savoir vire ensemble du foyer. Mais ce n’est pas donné à tout le monde de l’interprété, seul les Zafimaniry et le sculpteur lui-même peuvent vous aider à comprendre les gravures.

Alors, si vous décidez de visiter un village Zafimaniry, n’oubliez pas que ce peuple ne se considère (contrairement à ce que la majorité le pense) ni Betsileo ni Tanala. Et avec l’agriculture sur brûlis (Tavy), le bois se fait de plus en plus rare, ce qui amène les Zafimaniry à se retrancher de plus en plus dans les forêts. Les Zafimaniry accordent une importance capitale à leur lien entre eux et avec l’environnement, c’est pourquoi ils vivent à des kilomètres de marches (dans la forêt) du village le plus proche qui soit accessible en voiture. On peut considérer cet attachement comme une valeur Zafimaniry.

Donc, préparez-vous à une randonnée pleine de découverte purement culturelle et originale qu’est la culture malgache.