Un art en péril!

Le savoir-faire Zafimaniry se transmet de père en fils. Ils ont gardé la même méthode, les même outils pour façonner et honorer le bois. Les motifs ne sont pas choisi au hasard

Cependant, avec l’agriculture sur brûlis et le tourisme, cet art se perd de plus en plus. Pour des besoins quotidiens, nombreux sont les arbres abattus, ce qui poussent les Zafimaniry à s’éloigner de plus en plus des villages. Et cela ne décourage pas les touristes qui viennent en masse pour admirer le processus de fabrication des belles et uniques chaises.

Justement, c’est là le problème. A cause des demandes, plus le manque de bois, l’art se perd petit à petit et les motifs deviennent de moins en moins représentatifs. De ce fait, tous (ce qui savent travailler le bois) s’improvise fabricant de seza (chaise) Zafimaniry; l’argent est plus doux que le respect d’un art ancestral. Adieu les motifs aux messages cachés d’espoir, de solidarité, une petite griffe et c’est bon.

Pourtant, ces motifs exprimaient à la base l’histoire et les valeurs sociales des Zafimaniry, ce sont leur héritage.

4 pensées sur “Un art en péril!

  • 15 mai 2020 à 13 h 27 min
    Permalink

    Bonjour,
    C’est vraiment intéressant !
    Je voudrais savoir si les dessins des sculpture des chaises ont quelques choses à avoir avec les dessins polynésienne? Merci d’avance et bon continuation .

    Répondre
    • 15 mai 2020 à 14 h 55 min
      Permalink

      Bonjour, très bonne question. Je vais essayer de m’informer sur ce sujet et je reviens vers vous très vite. Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à me contacter dans la page « Contact ».

      Répondre
  • 15 mai 2020 à 15 h 58 min
    Permalink

    Bonjour,
    Il est très intéressant votre article. Cela me fait voyager vers une culture que je ne connaissais pas. Savez-vous si le pouvoir public met en place des moyens pour la pérennité de cet art?

    Répondre
    • 15 mai 2020 à 16 h 12 min
      Permalink

      Bonjour,
      Officiellement, rien de fait sur ce sujet mais certains ouï-dire circulent sur le fait que l’Etat laisse les sculpteur Zafimaniry à utiliser les bois de rose saisis mais cela semble un peu farfelu. De plus, aucun contrôle n’est fait sur les produits finis, tout le monde peut copier et le vendre au nom d’Art Zafimaniry! C’est dommage parce que ça n’apporte rien de bon pour l’avenir de cet art.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *